Tous les articles par zolobe

Diego Suarez : Nord de Madagascar

Antsiranana aussi appelée Diego Suarez, est la plus grande ville du nord de Madagascar et le troisième port de la Grande île. Elle est la capitale de la province de Diego-Suarez. Avec la récente mise en place des vingt-deux régions en 2004, elle est devenue la capitale de la région de Diana. Ses habitants s’appellent les Antsiranais. Son aire urbaine est estimée à 257 163 habitants en 2014.

(Source : Wikipédia)

À soutenir : « Les voix de la marionnette » en résidence 2016 à Diego Suarez !

Soutenez la campagne :

http://www.kisskissbankbank.com/les-voix-de-la-marionnette

 

les-voix

Présentation du projet :

Les VOIX de la MARIONNETTE, c’est le pari lancé par une troupe de marionnettistes, les Zonzons, de réunir des artistes du monde entier à Madagascar, au cœur de l’Océan indien.En charge du théâtre Guignol de Lyon depuis une paire de décennie, ils ont pris l’habitude, manière de ne pas se laisser endormir par les habitudes, d’aller à la rencontre d’artistes, de tous horizons.Exemples d’horizons:  Madagascar ,  Brésil, Chine, Cameroun, Taiwan …Horizons-1455541611 Pari lancé, et pari réussi en 2014, lors d’une première édition qui a pris pour cadre la ville de Diégo Suarez, au nord de Madagascar.

 

Désormais, les VOIX  de la MARIONNETTE, ce n’est plus un rêve: c’est devenu une résidence d’artistes, une quinzaine, de culture diverse, réunis autour d’une performance de création. De l’écriture à la mise en scène de petites formes légères dédiées à la marionnette.

En trois semaines.

Plus précisément: 18 jours et autant de nuits.

Judith Lesur, vidéaste, a filmé l’aventure. Vous pouvez la découvrir à travers son beau documentaire.

UNE PERFORMANCE ARTISTIQUE

Imaginez: des auteurs, plasticiens, metteurs en scène, comédiens, musiciens, vidéastes, connaissant ou non les arts de la marionnette, motivés – tous – par le désir de rencontre et  le partage d’expériences.

Imaginez.

Valises, heures de vol, doutes. Escale à Tana, de la route. Taxi-brousse. Légère appréhension. Fatigue accompagnée de regrets (il n’aurait pas fallu). Vent chaud, brûlure de Capricorne.

Et enfin: Diégo Suarez ouvre sa baie à tous les délires.

Mgmppyx-1455386243

La suite : http://www.kisskissbankbank.com/les-voix-de-la-marionnette

Continuer la lecture de À soutenir : « Les voix de la marionnette » en résidence 2016 à Diego Suarez !

Collecte Ulule réussie : Zegny’Zo 10e édition vous remercie pour votre solidarité !

122 contributeurs, plus d’un mois de collecte, et 4295 euros collectés soit 122% !

Nous sommes fiers d’avoir atteint le premier pallier :  3 500€ !!!Merci à tous du fond du coeur.Les 22% supplémentaires nous aideront à faire venir 3 ou 4 groupes malgaches prévu (Bel Avenir, Aléas des possibles, Randria Ernest Zanany et un groupe de hira gasy )Il est encore possible de prendre contact avec nous pour un soutien de dernière minute, qui sera toujours le bienvenue pour améliorer les conditions générales d’organisation et de prise en charge des troupes invitées…

La Bloco Malagasy de Tuléar revient pour les 10 ans !

La Bloco Malagasy est un groupe de batucada (percussion afro-brésilienne) formé par 200 filles et enfants provenant des quartiers les plus défavorisés de Tuléar (Madagascar), élèves du Centre d’Art et Musique.

Le groupe est formé pour donner une alternative de loisirs aux filles avec haut risque d’exclusion sociale et de tomber enceinte pendant leur adolescence.

Le projet est né en 2008 avec un groupe d’élèves qui suivaient des cours de français donnés par des volontaires de l’ONG Bel Avenir.

Au début, il était formé par des filles du quartier de Tsimenatse, dans les environs du Cinéma Tropic. Un an après, avec sa popularité, des jeunes d’autres quartiers ont commencé à s’y intéresser et à en faire partie.

Bloco signifie « association » ou « groupe » en portugais. Au Brésil, les blocos sont les fanfares de rues qui jouent et font des animations pendant le traditionnel carnaval.

La Bloco Malagasy joue lors des parades, carnavals, défilés, sur scène… Le groupe joue aussi accompagné par les chorégraphies et acrobaties du groupe de capoeira Roda Malagasy et maintenant, le spectacle de ces jeunes filles de Tuléar peut aussi s’accompagner des marionnettes géantes!

La Bloco Malagasy intègre des rythmes du Brésil, d’Europe et de Madagascar, créant ainsi une expérience artistique unique de qualité internationale.

La Bloco a fait sa première tournée à l’étranger en Espagne en 2011. En 2013, en plus de nombreuses prestations au niveau local, la Bloco Malagasy a réalisé une tournée au Cambodge en mars et deux autres à Madagascar en août et en octobre. En 2014, les filles réalisent une deuxième tournée en Asie en passant cette fois-ci par Thaïlande en plus du Cambodge, pour promouvoir les droits de l’homme. En juillet, elles ont participé aux animations des rues dans le cadre du Mondial de football 2014 au Brésil. En avril 2015, les percussionnistes se sont rendues en Afrique du Sud pour une tournée de promotion du tourisme responsable, notamment au salon de tourisme World Travel Market Afrika 2015 célébré à Cape Town. Une tournée nationale sur la même thématique a lieu en septembre, avec le film d’animation « Tongasoa et le vazaha » réalisé par les bénéficiaires de Bel Avenir, comme appui de sensibilisation.

Toutes ces tournées ont eu pour but premier de promouvoir, auprès du public étranger comme malgache, le respect des droits universels de l’homme et notamment des droits des femmes et des enfants. Ces tournées ont aussi été l’occasion de favoriser les échanges entre jeunes de cultures et de milieux socio-culturels différents dans le but de favoriser la tolérance, le respect et la paix.

De plus, la tournée à Madagascar a aidé le groupe à se faire une place sur la scène artistique malgache grâce à leur performance originale et la grande attention médiatique que les filles ont suscitées.

Le groupe Bloco Malagasy est composé aujourd’hui de quatre niveaux : Bloco A, B et C où les niveaux des filles sont classés des plus avancés aux débutants ; et le tout nouveau Petit Bloco créé en novembre 2014. Le Petit Bloco accueille des enfants de 6 à 12 ans et forme également des garçons à la percussion.